Eric Dizquierda

Notes d'un compagnon de route de la gauche

Hommage à Éric Hobsbawm

 L’historien britannique Éric Hobsbawm nous a quitté le 1er octobre 2012 à l’âge de 95 ans. Cet intellectuel cosmopolite et marxiste était l’un des grands penseurs de gauche du XXe siècle. Son ouvrage « L’Âge des Extrêmes » est très intéressant tant pour les idées qui y sont développées que pour le style de l’auteur.

En France, la publication de son livre, dont on peut consulter de larges extraits sur le site de l’éditeur, est le fruit d’un long parcours raconté en préface à l’édition française. Avant d’être traduit de l’anglais et d’être disponible en France, son livre s’était très bien vendu dans l’ensemble des pays du monde dans lesquels il avait été publié, y compris dans d’anciens pays communistes, plutôt hostile de prime abord aux thèses de l’auteur. Malgré les très bonnes ventes de ce livre dans de nombreux pays, les éditeurs français étaient réticents à publier cet ouvrage majeur de l’Histoire du Court Vingtième Siècle (de 1914 à 1991). Il est vrai qu’à l’époque, la tendance était plus à la « fin de l’Histoire » et au « choc des civilisations » et que la vision historique d’Éric Hobsbawm n’était pas vraiment en phase avec de telles idées. Son ouvrage fut l’objet de refus de la part des éditeurs français et il fallut finalement l’initiative du Monde diplomatique pour voir traduite de la langue de Shakespeare à la langue de Molière les thèses historiques d’Éric Hobsbawm.

Autant de difficultés à publier un tel ouvrage sur l’Histoire du XXe siècle reflète bien l’état de la pensée en France. Hors des dogmes libéraux-conservateurs, point de salut ! Ceux qui dérogent à cette règle sont ostracisés ! Le monde intellectuel français n’aime pas les idées contradictoires. Qu’un intellectuel ose encore s’affirmer comme marxiste est une injure pour ce petit monde constitué en partie d’anciens gauchistes trotskistes maoïstes convertis aujourd’hui au libéralisme et ayant abandonnés leurs idéaux de jeunesse. Qu’un historien soit resté fidèle à ses idées, fussent-elles à contre-courant, cela est contraire à la tradition des girouettes que sont nos intellectuels français.

Aujourd’hui, ceux qui sont restés fidèles à leurs valeurs sont en deuil, ils viennent de perdre l’un des leurs. Les tenants de la pensée unique libérale gagnent un peu plus de terrain : rares sont ceux qui s’étiquettent encore à gauche, plus rares encore sont les vrais marxistes.

Aujourd’hui, c’est un grand historien et un grand intellectuel que nous perdons.

Puisse ses idées éclairer l’avenir. Puisse son combat contre la pensée unique nous inspirer.

Publicités

Navigation dans un article

7 réflexions sur “Hommage à Éric Hobsbawm

  1. Sera-t-il permis de dire qu’il appelle marxisme ce qui n’en était pas.

    • Et pourquoi cela ne serait-il pas permis ?

      • Bin parce que dans la tableau peint par Hobsbawn d’une société selon ses vœux,il n’est guère question des objections ni du sort réservé aux objecteurs.
        J’y suis très sensible car les premiers centaines de milliers qui furent exterminés ne se comptaient pas parmi ses ennemis mais bien plus parmi ses plus chauds partisans.
        Pour faire un parallèle, un peu comme une plateforme qui se proclame citoyenne et qui exclut sans un mot sans aucun respect ni des personnes ni du droit le plus élémentaire républicain.
        Ça se proclame citoyen et ce n’est que du pouvoir et des intérêts bassement personnels.
        Vous voyez de quelle plateforme je parle????
        Oui c’est ça , de celle où je vous ai rencontré hier et d’où j’ai été chassé par le fait du Prince.D’où nous avons été chassés.

        D. Furtif

      • La principale critique que l’on puisse faire à Hobsbawm est de ne pas critiquer les excès du communisme alors que d’autres intellectuels de gauche ont fait ce travail de critique du communisme stalinien qu’ils ont comparé au totalitarisme nazi. Ils n’en demeuraient pas moins attachés à leurs idéaux mais ont souhaité marquer leur différence vis-à-vis de Moscou.

        Par contre, je ne vois pas à quelle plateforme vous faites allusion. Je n’ai été chassé d’aucune plateforme, ni d’AgoraVox, ni de Changebook, Twitter ou Facebook qui sont les seules plateformes où je suis présent. Cependant, il est possible que mes articles se retrouvent sur d’autres plateformes car ils sont sous licence creative commons. Si vous vous référez à la plateforme AgoraVox, à ma connaissance, le contenu . Quant au contenu de ces commentaires, ils font partie du jeu d’AgoraVox, comme le fait que les articles restent plus ou moins longtemps en ligne.

      • Bin non .
        Vous nous citez là en nous l’attribuant les clichés de la vulgate libérale.
        Jamais l’opposition de gauche n’a reproché « les excès du communisme » à Staline mais bien au contraire sa trahison.
        Jamais , non plus , ces gens là n’ont assimilé stalinisme et totalitarisme nazi.Cette formule appartient à un autre camp à une autre époque.

        C’est bien le flou et les contre vérités à ce sujet qui font d’Hobsbawm un historien si controversé , même dans le camp dont il se prétend sans y regarder de trop près.
        .
        Pour la plateforme dite citoyenne vous prétendez ne pas savoir dans le fatras ’[….aucune plateforme, ni d ’AgoraVox, ni de Changebook, Twitter ou Facebook;;;]
        qui mérite le plus le titre de galerie marchande des charlataneries.
        Libre à vous de jouer ce personnage et en même temps de révéler que vous avez parfaitement compris.
        C’est votre droit de fréquenter les soucoupistes, mages , gourous, cartomanciennes et prophètes, si cet aréopage vous convient je n’y peux rien .
        Si la soumission aux errements d’un seul vous satisfait vous et vos aspirations citoyennes , j’y peux encore moins.
        D. Furtif

      • Bien sûr ! Staline trahissait l’esprit du communisme en s’arrogeant tous les pouvoirs et en changeant souvent de politique.
        Mais je maintiens que certains communistes ont quitté le Parti à cause de cela. En rencontrant les hauts dirigeants de Moscou et en réalisant que la politique de l’Union Soviétique n’avait pas vraiment de ligne directrice mais pouvait soutenir tout et son contraire, certains communistes d’Europe occidentale ont commencé à prendre leur distance avec le Parti mais les motivations qui les avaient fait devenir communistes étaient toujours là. Ensuite, il y eut les révélations au sujet du goulag et ce n’est qu’à partir de ce moment là que certains ont commencé les comparaisons entre communisme et nazisme. Parmi eux, certains nuançaient, d’autres non.
        Personnellement, je rejette l’expérience communiste menée en URSS : en voulant faire leur bien, elle a muselé les ouvriers et toute la population. Le marxisme-léninisme dont se revendique l’URSS pense en terme de Parti et non de classe. On voulait faire le bonheur du prolétariat, on l’enfermé dans des dogmes. Quand on s’en est rendu compte, il était trop tard et tout s’est effondré.
        La vérité, c’est que le système soviétique n’acceptait pas la critique. Hors, quand l’égalité voulue par les théories communistes est vraiment réalisée, il n’y a pas à craindre les critiques. La liberté, dont la liberté de critiquer, est une valeur de gauche. Liberté et égalité ne s’opposent pas comme le croient beaucoup de libéraux. Elles se complètent.
        Mais l’échec de l’URSS ne veut pas dire que le monde est parfait depuis 1991. Les motifs d’engagement en faveur de la lutte contre les inégalités sont toujours là ! Il faut simplement trouver un autre programme que le marxisme-léninisme pour porter cette aspiration à un monde meilleur.

        Au sujet d’AgoraVox, je sais bien que cette plateforme est un nid de partisans des théories du complot et d’illuminés. Je ne publie sur AgoraVox que pour mieux faire connaitre mes idées. Rien de plus, rien de moins. Je ne « fréquente » pas ces gens. Tout au plus, j’apporte une précision dans les commentaires quand je juge utile de le faire. J’essaie de faire vivre une pensée de gauche alternative, démocratique, sociale, écologique et hors de la pensée unique à mon niveau, avec mes forces et mes faiblesses. Je ne détiens pas la vérité, j’écris ce qui me semble juste. Ensuite, tout le monde est libre d’adhérer à mes idées ou de les critiquer. Cela ne me pose aucun problème.

      • Je ne pinaillerai pas plus oultre. Il y a en vous une jeunesse que je ne peux en aucun cas vous reprocher, votre manière de dater l’époque des révélations date aussi votre discours.
        Si vous souhaitez continuer à fréquenter la galerie marchande vos convictions vous amèneront nolens volens au clash. C’est un pronostic qui s’appuie sur la validité de vos intentions et leur incompatibilité avec les buts du marchand de poudre de Perlin pinpin qui règne aux manettes.
        Merci pour cet échange.
        Rendez nous visite un jour.
        .
        Cordialement

        .
        D. Furtif

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :